Un évènement familial Mission possible - suivez nos aventures sur les réseaux sociaux Infos conseils échanges, stands interactifs Spectacles, kermesse, animations, jeux Plus de 2000 cadeaux et plein de surprises

Samedi, à Loos, on fera la fête à la vie, histoire de dire non aux dépendances

ajouté par Philippe Calabria le 23 septembre 2015

Samedi, la salle Gaston-Caby accueillera la fête de la Vie, initiée par l’association Entraide et Partage, organisée par le service prévention santé avec plusieurs autres partenaires. Au programme de cette journée destinée à lutter contre les dépendances : jeux, animations, conférences, informations…
Bruno Helle et Philippe Calabria (à droite) devant une des deux colonnes Morris peintes par le jeune artiste graffeur Clém’. «Elles ont été réalisées par un jeune de l’association de Philippe, le samedi 5 septembre. Et elles sont restées intactes! Pas de souillures ni de graffitis. Ces œuvres ont été respectées. C’est le signe, je crois, que cette démarche est accueillie avec sympathie» se réjouit Bruno Helle.

Depuis une dizaine de jours, les deux colonnes Morris de Loos, celle de la place Jean-Jaurès et celle de la rue Jules-Guesde, sont recouvertes de grafs qui nous invitent joliment à une fête de la Vie. Ciel bleu, soleil radieux, enfants qui jouent, herbe verte, petits oiseaux… Les scènes décrites sont effectivement comme un appel à la vie. Un appel à la vie « face aux dépendances », est-il précisé…
Philippe Calabria, directeur de l’association Entraide et Partage de Wasquehal, explique : « J’ai un parcours particulier qui m’a amené à m’intéresser aux problèmes des dépendances. C’est comme ça qu’il y a plusieurs années, j’ai organisé une fête de la Vie à Laon, qui a eu beaucoup de succès en 2011 et 2012. Quand je suis arrivé dans le Nord, j’ai eu envie de recommencer dans une ville de la région lilloise. J’ai rencontré le docteur Kochman, à la clinique Lautréamont de Loos. Et tout de suite, il m’a dit : banco : on le fait ici . »
Le docteur Bruno Helle, conseiller municipal délégué à la santé, a lui aussi été sensible à la proposition de Philippe Calabria, et tout le monde s’est ensuite mis en quête de partenaires, notamment le tout nouveau service prévention-santé de la ville et le CCAS.
« Notre ville n’est pas plus touchée qu’une autre par les addictions. Mais nous avons ici de nombreuses compétences et une volonté forte d’agir dans ce domaine. Et d’agir sans stigmatiser les jeunes qui boivent ou qui se droguent », explique le docteur Helle.

Ne pas juger

« Le sujet est grave, certes. Et il faut parfois montrer aux jeunes des images choc. Mais c’est vrai qu’il faut sortir de la mécanique de la culpabilisation, complète Philippe Calabria. Ne pas dire c’est bien c’est mal . Ne pas juger. Mais montrer. Raconter. Moi, par exemple, j’ai le souvenir d’une jeune surveillante de mon lycée, qui était accro et qui a fini par se suicider sur la ligne de TGV. D’autres copains à moi, quand je faisais du rock, sont morts d’overdose… ».
« Outre le phénomène de dépendance physique ou psychique, ce qui constitue la pathologie, c’est quand la personne se désocialise. Comme le cas pour les no-life, par exemple, ces jeunes qui ne sortent plus de chez eux et restent tout le temps devant un écran », explique Bruno Helle. Et c’est vrai que la dimension sociale est importante. « La prévention des addictions fait partie des actions que l’on doit mener dans les quartiers difficiles, poursuit l’élu. Cette fête de la Vie est programmée depuis longtemps, avant les événements de ces dernières semaines aux Oliveaux. Mais on sait que ces événements ont sans doute un lien avec ces problèmes… ». Même si cette journée s’adresse à tous les publics de tous les âges, de toute la ville et même au-delà, bien sûr, le fait que cette fête de la Vie soit programmée dans la grande salle de sports des Oliveaux est, en fait, plutôt à saluer.

Aujourd’hui pasteur, hier rockeur

Étrange parcours que celui de Philippe Calabria… Une jeunesse passée au Plateau de Creil, quartier sensible. Grand écart entre la famille aux traditions catholiques bien ancrées et l’envie de transgression. Le jeune Philippe se met à jouer de la guitare dans un groupe, The Sentinels (à droite, sur notre photo), qui, au milieu des années 80, se hisse à un excellent niveau sur la scène rock tricolore et tourne pas mal en France et à l’étranger.
« Je garde des souvenirs merveilleux de cette époque mais j’ai connu aussi des moments douloureux, se souvient Philippe Calabria, aujourd’hui âgé de 50 ans. En fait, j’étais en souffrance et dépression. Je prenais des drogues, des joints, de la coke, de l’ecsta ; je dealais aussi pour me faire un peu d’argent. Et j’ai vu pas mal de mes copains mourir prématurément, certains par suicide, d’autres d’overdose… »

137275100_B976606772Z.1_20150922185956_000_G71582D6K.1-0

Alors qu’il a 26 ans, il arrête les frais. « Je n’avais pas le bac. Alors j’ai passé une équivalence et je suis allé à la fac de lettres modernes à Amiens. » En même temps, commence un parcours spirituel, une redécouverte de la foi. Il passe un master de linguistique pragmatique, écrit plusieurs livres (des témoignages de son parcours spirituel, comme Ça change la vie ! (2009) et Extraordinaire (2011) et un roman, Hors limites.
Marié et père de deux enfants, il est un des trois pasteurs de l’église protestante évangélique de Wasquehal. Comme à Laon où il exerçait auparavant, il anime des célébrations religieuses musicales et il dirige une association caritative, Entraide et Partage. Lui et les cent bénévoles font, entre autres choses, des maraudes régulières auprès des SDF de Lille, suivent plusieurs familles de Roms et mettent en place des initiatives liées aux addictions, dont cette première édition de la fête de la Vie. B. T.

Pour en savoir plus

Où et quand

La première édition de la fête de la Vie aura lieu ce samedi 26 septembre de 10 h à 18 h, à la salle Gaston-Caby, rue Descartes, aux Oliveaux.
Entrée gratuite.

Informations et animations

Les institutions, associations ou structures suivantes tiendront un stand en rapport avec les dépendances et les addictions : Prévention routière, centre hospitalier Loos-Haubourdin, police nationale, La Croix bleue, Wimoov, Mamans qui déchirent, point information jeunesse, clinique La Mitterie de Lomme (cure et post-cure), clinique Lautréamont (soins pédo-psychiatriques), Internet sans crainte, T’es qui là, les Restos du Cœur, ATD Quart-Monde, La Croix Rouge, le service prévention de Loos, Nutrissimo, La Pioche, etc.
De nombreuses animations sont prévues : tests de souffle, d’alcool, d’audition, de goût, parcours d’ébriété, ateliers de mime, théâtre, maquillage, art- thérapie, chamboule-tout. Démonstrations de break-dance. Clown et conteur africain. Exposition du collectif Contr’addictions.

Conférences

Le docteur Frédéric Kochman, pédopsychiatre à la clinique Lautréamont, donnera une conférence à 14 h sur les cyberaddictions, une autre à 15 h 30.
364751364_B976606843Z.1_20150922190322_000_GR0582DRQ.1-0

http://www.lavoixdunord.fr/region/samedi-a-loos-on-fera-la-fete-a-la-vie-histoire-de-ia21b49767n3060729